COTE EST ESPAGNOLE

COTE EST ESPAGNOLE

2013

Départ en camping car pour la côte est espagnole jusqu’à la pointe sud de la Côte Est,

en faisant un stop à Barcelone.

Après avoir roulé toute la journée,

nous arrivons à Carthagène où nous passons la nuit.

Dès le lendemain, nous prenons les transports en commun

pour une visite de la ville sous un soleil de plomb !

 

Nous découvrons l’amphithéâtre.

L’amphithéâtre de Carthage est un amphithéâtre romain construit au Ier siècle.

Il offre une arène de 64,66 sur 36,70 mètres, entourée d’un podium de 2,5 mètres de hauteur.

Son périmètre extérieur est de 120 mètres sur 93.

Lors de son agrandissement, son grand axe est porté à 156 mètres pour une largeur de 128 mètres.

Sa capacité est estimée à 30 000 places.

 

 

Nous faisons un petit tour sur le port de Carthagène. 

 

 

Une petite visite du musée, histoire de se rafraîchir un peu.

Merci la clim !

Le musée du théâtre romain de Carthagène est inaugurée le 11 juillet 2008. 

C’est un site dédié au projet de fouille et de restauration.

 

  

Et c’est bien évidemment jusqu’à la Isleta, Cabo Gata

que nous roulons ensuite,

pour prendre notre premier bain de mer…

Camping car vue plongeante sur la mer pendant 2 jours.

La Isleta est une petite ville dans le parc naturel de Nijar, en Andalousie.

Autour de l’Isleta del Moro, il y a des endroits de grande beauté et de valeur comme les plages environnantes,

les calderas volcaniques de la Sierra de Cabo de Gata et l’îlot auquel le nom de la ville fait allusion.

Il a été déclaré Parc naturel en 1987.

C’est probablement le seul espace de côte méditerranéenne resté vierge.

Le parc est déclaré réserve de biosphère par l’UNESCO en 1997.

 

Nous prenons la route et remontons tranquillement jour après jour le long de la côte !

El playazo, Castillo de San Ramon.

Le château de San Ramón est une forteresse de style Renaissance avec quatre canons construite en 1764.

 Actuellement, le château est activé comme une résidence privée. 

Il a été déclaré un bien d’intérêt culturel en l’an 2000.

 

 

Rodalquilar

 

 

Enric adore prendre en photo les routes …

 

 

Nous arrivons au mirador de la Granatilla.

 

Quelques paysages magnifiques !

Là, nous avons ramassés des cristaux de roche.

Seuls au monde …

 

  

 

Nous faisons une halte à La Azohia.

Baignade, plongée… 

  

  

 

Les enfants ont sympathisés avec un petit poulpe …

jusqu’à ce qu’il jette son encre de partout !!!

 

Des paysages de plages et d’eau cristalline …

 

  

Arrêt baignade à Cabo de Palos.

A l’origine un village de pêcheurs et aujourd’hui principalement une ville touristique,

connue pour sa gastronomie en particulier pour son “Chaudron de la Mar Menor”,

recette locale à base de riz et de poisson de la région.

Elle est également une destination de plongée, étant très proche de la Réserve de Cabo de Palos et Islas Hormigas.

Le port de Cabo de Palos est à la fois un port de pêche et de sport.

 

 

Visite du phare de Cabo de Palos.

Le bâtiment de gardiennage est de forme carrée, de 20 mètres de côté,

et possède de deux étages d’une hauteur de 11,5 m.

La tour cylindrique, avec galerie et lanterne, est située dans le centre du bâtiment pour une hauteur de 40 m.

Tout l’édifice est en pierre grise.

Nous traversons ensuite las salinas de San Pedro, d’immenses montagnes de sel.

C’est une zone naturelle protégée de Murcie. 

C’est une zone humide avec des zones sablonneuses situées dans la partie nord de la Mar Menor.

 À l’intérieur de la zone protégée, il y a un port et quelques salines en fonctionnement. 

En été ses plages sont assez fréquentées, il y a une tradition dans les bains de boue.

 

 

Nous quittons la côte sauvage pour la ville, Benidorm.

Plages bordées d’immenses hôtels touristiques

et bâtiments en tous genres, pas top !

C’est une ville touristique réputée pour ses plages et pour sa vie nocturne animée.

Elle est le symbole d’un certain type de tourisme de masse, caractérisé par un urbanisme échevelé, le tout béton.

 

Vue d’El Penyon

El Penyon de Ifach  est une grande masse calcaire dominant la ville de Calp,

aux flancs escarpés se jetant dans la mer depuis ses 332 mètres de haut.

Depuis l’ouverture en 1918 d’un tunnel d’une cinquantaine de mètres

traversant une de ses parois par la face Nord-Est,

on peut remonter par un sentier au sommet du Peñón.

Jusqu’à ce tunnel, l’accès pavé est accessible à tous.

Après ce passage, les indications présentes sur place recommandent de bonnes chaussures

et déconseillent la poursuite aux jeunes enfants.

Le sentier constitué surtout de roches saillantes rend en effet la progression plus technique,

mais des aménagements tels des cordes de maintien permettent tout de même d’y accéder.

C’est également un site d’escalade mondialement réputé.